Tension à Goma: le gouvernement invite la population au calme

Articles les plus lus

Le gouvernement congolais appelle la population de la ville Goma visiblement très en colère depuis lundi, au calme. C’est ce qui ressort de la réunion de sécurité présidée mardi soir par le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge.

Pour le Ministre de la communication et médias Patrick Muyaya qui a fait le compte-rendu de cette réunion à la presse, le gouvernement qui comprend la frustration de la population, condamne par ailleurs les actes de violence

« Vous savez que comme de tradition, le Premier Ministre a reçu mandat du Commandant suprême des forces armées de la République Démocratique du Congo et de la police nationale congolaise, de tenir des réunions régulières pour passer en revue la situation sécuritaire du pays. Aujourd’hui, nous avons parlé beaucoup de la situation de Goma. Comme vous le savez, hier il y avait des manifestations, la ville était paralysée avec des barricades et des actes de vandalisme qui ont été observés. La police nous a transmis le bilan. Malheureusement, il y a un compatriote qui est mort, il y a eu des blessés et des cas de pillages. C’est l’occasion de rappeler que le Gouvernement comprend la frustration et la colère des nos populations mais recourir à la violence, c’est faire le jeu de l’ennemi. Parce que nous sommes dans un contexte où sûrement qu’il y a déjà l’infiltration. Il ne faudrait pas que des actes puissent être commis et être collés à la population qui risque d’envenimer la situation qui est déjà difficile. Mais, des dispositions sont prises notamment aujourd’hui vous avez vu qu’il y a eu un fort déploiement de la garde républicaine dans la ville pour dissuader toute tentative qui viserait à créer des conditions ingérables dans la ville de Goma. C’est l’occasion de lancer à nouveau un appel au calme au nom du Gouvernement de la République. La question sécuritaire est prise en charge », a déclaré à la presse le porte-parole du Gouvernement.

Selon le porte-parole du gouvernement, un suivi étroit est en cours, concernant l’incident survenu dans la soirée du mardi sur un convoi de la MONUSCO.

« Nous avons appris malheureusement que ce soir, il y a eu un incident, une attaque sur un convoi humanitaire. Les circonstances pourront être élucidées bientôt mais on a appris que trois compatriotes ont perdu la vie. C’est encore une nouvelle qui nous fait mal et pour laquelle le Gouvernement, en tout cas, avec le gouvernement provincial va faire un suivi étroit parce que c’est un incident qui est consécutif à un convoi de la Monusco qui se déplaçait », a-t-il dit. 

La réunion a connu la participation du Vice-Premier Ministre ayant en charge l’Intérieur, le Ministre d’État, du Ministre de Budget, la Ministre d’État, Ministre de la Justice, du Ministre de la Défense, du Ministre de la Communication, du Ministre de l’Enseignement Supérieur, du Ministre des Affaires sociales, du Vice- Ministre des Affaires Étrangères et de la Vice-Ministre de Finances. Il y avait également les officiers supérieurs militaires et policiers et les services de sécurité.

Les organisations de la société civile de la province du Nord-Kivu exigent le départ du sol congolais de la force régionale de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est, qu’ils jugent Partisane et incapable de stopper la progression des rebelles du M23 appuyés par le Rwanda, lesquels gagnent du terrain dans les combats qui les opposent avec les FARDC.

Germain Coucou Diantama

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Insécurité à Goma : les Wazalendo et les militaires en divagation mis en garde par Peter Chirimwami

Le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, le général major Peter Kuba Cirimwami, a, lors d’une réunion du...

Les articles similaires

DrcActu