Masisi: l’insécurité à la base de la hausse des prix des produits de première nécessité

Articles les plus lus

La société civile Coordination territoriale de Masisi, dans la Province du Nord-Kivu , révèle que l’insécurité dans cette entité est à la base de la rareté, et par là, de la hausse des prix de certaines denrées alimentaires. Ce qui provoque aussi certains cas de la malnutrition dans cette région.

À ce jour, une grande partie du territoire de Masisi est touchée par l’activisme des groupes armés dont le mouvement du 23 Mars (M23). Cette situation est souvent à la base d’un déplacement de plusieurs habitants vers des milieux jugés mieux sécurisés. Nombreux de ces déplacés ont abandonné leurs champs pour se concentrer dans la ville de Goma, Chef-lieu du Nord-Kivu.

La production baisse et les prix de plusieurs denrées alimentaires ont galopé. D’autres produits agricoles deviennent rares sur le marché. Une situation qui, selon Mundekereza Bahati, membre de cette structure citoyenne, freine le développement de la région.

« L’insécurité fait que dans plusieurs villages du territoire de Masisi , les gens ne travaillent plus. Aujourd’hui un sac de 1kilo de pommes de terre revient à 1200 FC au lieu de 800 FC comme c’était auparavant, un sachet du sel qui se vendait à 500Fc revient aujourd’hui à 800 FC ». a-t-il confirmé à Drcactu.cd ce dimanche 26 février 2023.

Cet acteur de la société civile, lance un appel au gouvernement pour le renforcement des mesures sécuritaires en vue demettre fin à l’activisme des M23 dans cette zone. D’après lui, cela permettra aux habitants d’avoir accès facile à leurs champs dans cette partie considérée comme l’un des greniers de la ville de Goma

MYANGO OMARI Simon

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Foot : V.Club veut jouer la Coupe du Congo

Bien que jouant les play-offs de la Ligue 1, l’AS Vita Club pourra aussi participer à la prochaine édition...

Les articles similaires

DrcActu