Comme Fayulu, Mukwege part seul aux élections

Articles les plus lus

Comme Martin Fayulu, Denis Mukwege part seul à la présidentielle sans ses candidats députés. L’homme ne dispose du soutien d’aucun parti, indique un analyste politique à Drcactu.cd.

« Au Congo, malgré l’ingéniosité du pouvoir en place, il y a toujours un facteur X qui vient tout perturber », précise la même source. « Denis Mukwege est le facteur X de l’élection de 2023 », souligne-t-il.

Le toubib, dernier prétendant de poids qui laissait planer un doute a mis fin au suspens ce lundi en annonçant sa candidature. Le docteur Mukwege sera candidat à la présidentielle du 20 décembre 2023. Il l’a annoncé lors d’une conférence de presse à Kinshasa. Une candidature de dernière minute puisque l’on est dans la dernière ligne droite pour le dépôt des dossiers devant la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

« La fraude est déjà programmée, ne soyons pas naïfs[…] Nous avons le droit de contester les résultats d’une élection truquée avant, pendant et après le vote. Faites que votre vote puisse vous libérer de votre esclavage », s’est-il exprimé.

Et d’ajouter, « Le moment propice, c’est maintenant. Ma seule motivation est de sauver notre patrie, de développer notre pays. Nous, nous sommes avec le peuple. Nous ne pouvons pas attendre pour réagir. J’y vais maintenant”.

En réalité, “l’homme qui répare les femmes”, avait déjà balayé les dernières interrogations en annonçant, il y a un peu plus de deux semaines, qu’il avait reçu et accepté les 100 000 dollars d’une cotisation populaire pour sa candidature et sa campagne.

En entrant dans le jeu politique, le prix Nobel de la Paix 2018 pénètre dans un nouvel univers. S’il conserve son aura, “il risque de perdre rapidement la plupart des sponsors qui soutiennent sa fondation Panzi qui vient en aide aux femmes victimes de sévices sexuels dans l’est du pays”, explique un homme d’affaires congolais. “C’est évidemment très risqué et ça explique certainement une partie de ses doutes”, poursuit-il, tout en expliquant que “même les gardes du corps qui lui étaient accordés par la Monusco ne pourront plus l’accompagner”.

La candidature de Denis Mukwege pourrait par contre jeter une nouvelle lumière internationale sur ce scrutin congolais qui, jusqu’ici, ne semblait guère passionner les chancelleries internationales, beaucoup de diplomates semblant accepter l’organisation chaotique de ce scrutin. “Avec Mukwege dans le jeu, ça risque de perturber la machine mise en place par le pouvoir”, explique un de ces diplomates. “Sa candidature pourrait renforcer le poids des organisations qui se préparent à veiller sur le déroulement de ce scrutin. Je pense aux catholiques qui vont une fois de plus se mobiliser pour être présents dans tous les bureaux de vote. Mukwege va mobiliser cette communauté internationale et va la sensibiliser à ce scrutin”.

Strada

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Nord-Kivu : un combattant ADF neutralisé par les FARDC à Lubero

L'armée congolaise engagée dans la traque contre les groupes armés, dont les ADF dans le territoire de Beni et...

Les articles similaires

DrcActu