Présidentielle 2023, le sprint final commence

Articles les plus lus

Plus que six(6) jours, la course au Palais du Peuple s’intensifie. Les prétendants au fauteuil présidentiel ont jusqu’au 8 octobre à 16h30 pour déposer leurs dossiers au siège de la Commission électorale. Le sprint final commence. Tshisekedi, Katumbi, Fayulu, Mukwege et Sesanga sur la grille de départ.

La scène politique est en ébullition alors que la date limite pour déposer les candidatures au BRTC de la CENI, approche à grands pas. Les grands partis politiques ont déjà annoncé leurs prétendants, des challengers potentiels sont prêts à défier le président sortant.

Pour se tailler une place sur la scène politique, des outsiders audacieux comme Constant Mutamba et Rex Kazadi se disent prêts à affronter les vieux routiers et sont déterminés à apporter un vent de changement dans le paysage politique. « Les jeunes candidats font également leur entrée dans la course. Ils invoquent la nécessité d’une nouvelle génération de dirigeants pour apporter de nouvelles idées et des perspectives différentes à la politique nationale. Leur motivation, associée à leur capacité à mobiliser les jeunes électeurs, est un atout précieux dans une élection où la participation des jeunes peut jouer un rôle déterminant », explique un analyste.

Les prochains jours seront cruciaux pour déterminer qui sera autorisé à participer à la course, et qui, espérons-le, aura l’opportunité de représenter la voix du peuple. Les concurrents probables auront ensuite une période de campagne intense pour convaincre les électeurs de leur compétence et de leur vision pour le pays. L’enjeu est de taille.

Comme toujours, l’opposition en ordre dispersé

En multipliant les candidatures à la magistrature suprême, les opposants offrent un boulevard à Félix Tshisekedi pour un scrutin à un seul tour. Bien évidemment, l’éternel débat d’un hypothétique candidat unique de l’opposition revient sur la table.

D’aucuns avancent que la candidature commune de l’opposition, est la seule solution pour tenter de battre le président Félix Tshisekedi, dont son seul adversaire n’est pas l’opposition, mais son bien maigre bilan.

Jusqu’à preuve du contraire, chaque opposant évolue en solo. Martin Fayulu a annoncé qu’il déposerait bientôt sa candidature alors qu’il a privé d’élection les cadres de son parti aux Législatives.
Moïse Katumbi, leader d’Ensemble pour la République, devrait également finaliser ses documents d’ici peu. Le docteur Denis Mukwege vient de franchir le Rubicon et de se déclarer candidat à la présidentielle.

La nation retient son souffle alors que les candidats se lancent dans cette dernière ligne droite de la compétition présidentielle. A la fin de la semaine, les Congolais connaîtront les noms des challengers pour la bataille des urnes qui promet d’être passionnante et historique.

Strada

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

ESU: des bourses d’études supérieures aux congolais par le Maroc

Des bourses d’études de trois cycles universitaires dans plusieurs domaines scientifiques ont été octroyées à la République démocratique du...

Les articles similaires

DrcActu