Kinshasa: un magistrat condamné à un an de prison pour arrestation arbitraire et concussion

Articles les plus lus

Un magistrat du tribunal de grande instance de Lemba, à Kinshasa, en République démocratique du Congo, a été condamné jeudi à un (1) an de prison ferme en procédure de flagrance, dans une affaire d’arrestation arbitraire et de tentative de concussion.

«Le tribunal, le ministère public entendu en ses réquisitions qui établit les infractions d’arrestations arbitraires et de tentative de concussion mise à charge du prévenu Matumo Kamale Olivier, le condamne à un (1) de servitude pénale principale pour arrestation arbitraire et à six mois de servitude pour tentative de corruption », a déclaré le juge président, Lucien Ngoma

Et d’ajouter : « Vu que ces deux infractions sont en concours idéal, en conséquence, retient la peine la plus forte prononcée, à savoir un (1) an. Le condamne au frais d’instance payable dans le délai légal, à défaut de subir 30 jours de contrainte. Ainsi la cour d’appel de Kinshasa Matete a ainsi jugé et prononcé son audience publique de ce jeudi 2 novembre 2023 ».

Cette procédure en flagrance s’est déroulée en présence du procureur général près la cour de cassation, Firmin Mvonde Mambu, qui avait donné des instructions pour que ce dossier soit transféré à la cour d’appel de Kinshasa Matete pour la poursuite de l’instruction.

Bien avant le verdict, le ministère public a requis une peine de dix (10 ) ans pour arrestation arbitraire et tentative de concussion. « L’arrestation arbitraire est punie par l’article 65 du code pénal et tentative de concussion également par l’article quatre (4) du même code pénale. Le prévenu a arrêté en violation de la loi les trois dames qui sont des victimes du reste privée de la liberté provisoire pour des faits qui n’existent pas », déclaré l’officier du ministère public.

Le ministère public a également sollicité de la cour qu’il soit interdit au prévenu le droit d’être éligible et électeur ainsi que l’accès aux fonctions publiques et para étatiques .

Le 31 août 2023, le prévenu Olivier Matumo a arrété arbitrairement les infirmières Botuli, Adwe et Boketshu. Après les avoir placées sous mandat d’arrêt provisoire pour faits graves, il s’est rebiffé pour proposer à son chef que les trois personnes arrêtées puissent bénéficier d’une liberté provisoire pour insuffisance des charges.

Senga Butela

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Foot : V.Club veut jouer la Coupe du Congo

Bien que jouant les play-offs de la Ligue 1, l’AS Vita Club pourra aussi participer à la prochaine édition...

Les articles similaires

DrcActu