Beni : Les leaders religieux édifiés sur la paix et la cohésion sociale par l’APROFEEC-RDC

Articles les plus lus

Les leaders des différentes confessions religieuses de la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu, ont été outillés sur la paix, la sécurité et la cohésion sociale, lors d’une table ronde organisée ce mercredi 19 Juin 2024, par l’Action pour la Protection de la femme, Enfants et Environnement au Congo (APROFEEC-RDC).

Elle a connu la participation de plusieurs hommes et femmes serviteurs de Dieu, notamment les représentants de l’église catholique, musulmane, Protestante et de l’église de Réveil au Congo.

Au cours de cette activité plusieurs questions ont été posées aux participants, parmi lesquelles :comment l’église peut-elle contribuer à la paix et la sécurité?, quels sont les facteurs jacents qui freinent la paix, la sécurité et la cohésion sociale à Beni ?

Selon madame Julienne Jula Nkuna, officier des activités au sein d’APROFEEC-RDC, le choix sur les leaders religieux, s’explique par le fait que les serviteurs de Dieu ont une influence sur leurs croyants et ils peuvent faire quelque chose pour le retour de la paix dans la région de Beni.

«Nous avons invité les pasteurs des différentes églises parce-que se sont les leaders qui ont une grande influence sur leurs croyants. Ils sont écouté par plusieurs personnes. Ensemble avec eux, nous avons discuté sur la consolidation de la paix, de la secur et le renforcement de la cohésion sociale» a-t-elle dit à Drcactu.cd.

Les participants ont remercié APROFEEC-RDC, d’avoir organisé cette activité, qui va selon eux, contribuer à la restauration de la paix, la sécurité et la cohésion sociale. Il se sont mis d’accord d’aller faire la restitution dans leurs églises respectives.

Madame Kahindo Feruzi Ashare, représentante de la Communauté Anglicane à Beni, a demandé à la jeunesse de désolidariser de tous les groupes armés qui sèment terreur à Beni.

«La sécurité est une affaire de tout le monde et quand on tue à Beni, les terroristes n’ont pas le temps de vérifier l’appartenance religieuse de la personne. Voilà pourquoi je demande aux jeunes filles et garçons de désolidariser de ces groupes armés qui sèment terreur dans notre ville» dit-elle.

APROFEEC-RDC, a organisé cette activité dans le cadre du projet Amani Kwetu, qui veut dire en français « La Paix chez-nous ».Le projet AMANI KWETU s’aligne sur la localisation de l’agenda femme, paix et sécurité en RDC dans le cadre de la résolution 1325, sous le partenariat de ONU Femme et l’ambassade de la Norvège.

MYANGO OMARI Simon

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

18 communes de Kinshasa seront privées d’eau potable samedi (REGIDESO)

Une interruption de la fourniture d'eau potable est prévue ce samedi dans dix-huit communes de Kinshasa en raison de...

Les articles similaires

DrcActu