Beni : Près de 150 jeunes sensibilisés sur la lutte contre la désinformation et ses dangers par la MONUSCO

Articles les plus lus

C’est au Stade de Kalinda, commune de Mulekera dans la ville de Beni, que la caravane de la MONUSCO contre la désinformation s’est arrêtée ce samedi 25 mai. Devant 113 jeunes de cet autre quartier réputé « difficile » de cette ville du Nord-Kivu, dont 38 filles, l’équipe de la MONUSCO (Information publique et Affaires civiles), accompagnée de celle de l’ONG locale Jeunes patriotes consolidateurs de la paix, JPCP, ont , quatre heures durant, parlé tour à tour de cohabitation pacifique, de la non-violence dans les revendications et manifestations, mais aussi de désengagement de la MONUSCO, ainsi que de la lutte contre la désinformation et ses dangers.

« La MONUSCO ne fait pas assez de descentes sur le terrain pour nous expliquer ce qu’elle fait. Aujourd’hui est un jour spécial, vous êtes ici, mais avant, personne n’était venu nous voir. La MONUSCO est toujours avec les autorités, du coup, nous, nous pensions autre chose et croyions à ce qu’on entendait », a lâché un jeune participant, pointant du doigt l’ignorance et la sous-information de la jeunesse, comme principales causes selon lui de la désinformation, surtout à l’endroit de la MONUSCO.

Occasion pour la Section des communications stratégiques et de l’information publique de la MONUSCO d’édifier les participants sur les types de désinformation, leurs auteurs, les causes, manifestations, dangers et conséquences, avant de leur donner quelques astuces, afin de leur permettre d’essayer de lutter contre ce fléau.

Daniel Karafuli Paluku exprime sa satisfaction :

« L’activité m’a fait sortir de mon ignorance. Je suis vraiment satisfait. Elle m’a aidé à comprendre comment fonctionne la désinformation, à savoir comment lutter contre la désinformation. Avant, tout ce que je recevais, je croyais que c’était réel, et je transférais tout ce que je recevais» a-t-il dit.

Joëlle Maska Menzo, étudiante à l’ISC (Institut supérieur de commerce) de Beni confirme :

« La sensibilisation a été très utile pour nous, jeunes. On nous a appris comment chercher la vérité, quand nous recevons une information, comment la vérifier. Et pour trouver la vérité, la MONUSCO nous a même donné des numéros de téléphone que nous pouvons appeler pour vérifier, ou alors nous pouvons nous rendre à ses bureaux, pour vérifier une information la concernant. Je trouve que c’est une bonne démarche, parce que nous, les jeunes, nous aimons seulement agir sans trop réfléchir à l’auteur de l’information, à quelles sont ses motivations, qu’est-ce-qu’elle vise… Peut-être, c’est uniquement pour nuire à la réputation de la MONUSCO ou de quelqu’un d’autre. »

Dans le rang des recommandations, les jeunes de Kalinda et les membres de la communauté islamique du Congo, ont reconnu la nécessité de multiplier ce genre d’exercices permettant de casser les barrières, de sortir de l’ignorance et de mieux lutter contre la manipulation de l’opinion. Mais aussi, d’organiser des sensibilisations similaires avec des représentants d’autres communautés.

MYANGO OMARI Simon

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Beni : Les leaders religieux édifiés sur la paix et la cohésion sociale par l’APROFEEC-RDC

Les leaders des différentes confessions religieuses de la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu, ont été outillés...

Les articles similaires

DrcActu