Le contingent militaire burundais déjà au Sud-Kivu

Articles les plus lus

Les troupes burundaises en opération conjointe avec les FARDC, sont arrivées lundi 10 juillet à Mikenge, dans les hauts plateaux du secteur d’Itombwe, au territoire de Mwenga (Sud-Kivu). Aussitôt arrivées en provenance de Bijombo, elles se sont dirigées vers Kipupu, le chef-lieu du secteur d’Itombwe, où elles comptent s’adresser à la population.

L’information livrée à Radio Okapi par les acteurs de la société civile sur place à Mikenge a été confirmée par le porte-parole de l’armée congolaise dans les hauts plateaux, le sous-lieutenant Jérémie Meya.

Les forces de sécurité burundaise opérant dans le cadre de la coopération militaire bilatérale avec la RDC sont visibles sur les tronçons entre Bijombo, Mikenge et Minembwe, dans les hauts plateaux depuis trois jours.

Le porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC )à Minembwe, le sous-lieutenant Jérémie Meya, rassure que ces troupes effectuent des patrouilles conjointes des combats avec les FARDC et des relèves de leurs hommes dans les différentes positions de la région.

Alors qu’elles se dirigeaient vers Kipupu, leur passage lundi à Mikenge a été salué par les habitants qui disent « en avoir marre avec les attaques ciblées des groupes armés locaux aux alentours de cette localité ».

Des sources concordantes signalent que les forces burundaises sont à la poursuite des rebelles burundais dirigés par Nzabampema, Gisiga et des combattants rwandais des FDLR.

Le président de la société civile de Mikenge, Apasa Mulilikwa, craint que la traque des rebelles burundais par ces troupes de l’armée du Burundi n’ait des répercussions sur la population :

« Nous avons l’inquiétude du fait que là où ils font des accrochages avec les rebelles burundais qu’ils sont en train de poursuivre, nous leur demandons d’être stratèges dans leur travail afin que la population ne soit pas victime. Ils ne tracassent pas la population. Mais là où ils feront les accrochages, parfois il y aura des bombes ou des balles perdues qui feront des accidents sur notre population».

En fin juin, une réunion avait été tenue à Mikenge par la task force Burundi-FARDC et la force de la MONUSCO. Au cours de cet échange, des inquiétudes avaient été soulevées autour de l’utilisation de la population civile comme bouclier humain par les groupes armés Twirwaneho/Gumino et Maï Maï lors des opérations militaires.

Les actions conjointes coordonnées avaient été renforcées, dont le déploiement des troupes burundaises dans la zone.

Drctactu.cd avec Radiookapi.net

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Goma: le déplacement des militaires sans ordre de mission interdit

Le déplacement des militaires, sans ordre de mission, à Goma, a été interdit par le premier président de la...

Les articles similaires

DrcActu