Élections : la MOE CENCO-ECC et la CENI désormais sur la même longueur d’onde

Articles les plus lus

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Denis KADIMA a échangé avec Monseigneur Donatien NSHOLE et le Révérend Eric NSENGA, représentant la Mission d’observation électorale conjointe menée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et l’Église du Christ au Congo (ECC). Elles ont pris la décision de travailler ensemble pour la bonne tenue des élections prochaines.

 » Nous avons levé une bonne option avec la CENI qui s’engage à demeurer transparente, ouverte et nous allons continuer à travailler avec elle, d’autant plus que nous avons besoin de bonnes élections » , a dit Monseigneur Donatien NSHOLE.

Et de poursuivre : » Évidemment, c’était l’occasion pour échanger sur certaines réalités et vous savez, on est dans un environnement toxique, vous communiquez, on vous interprète autrement. Par exemple, on raconte que la CENI a commencé à enrôler de nouveau les gens qui n’avaient pas des cartes parce qu’ils remplissent les formulaires. Là, je viens d’apprendre qu’il y a à distinguer entre le F01 et le F06. Le premier, c’est un formulaire qu’on remplit quand on est enrôlé, mais quand on perd la carte, on vient remplir un autre, c’est autre chose. Donc ce n’est pas un deuxième enrôlement et cela nous rassure ».

A en croire le prélat catholique, la volonté et la transparence de la CENI à travers cette publication et ces échanges leur ont permis en outre d’être rassurés, mais aussi d’apprendre certaines informations de la part du numéro un de la Centrale électorale relevant, au bout du compte, qu’il y a de quoi à être apaisé.

Il a fait la promesse de continuer à travailler avec la CENI, dans ce cadre, jusqu’à l’affichage public et définitif des listes en le constatant en toute responsabilité, d’autant qu’on a besoin de bonnes élections.

En mai 2023 , la Mission d’observation électorale (MOE) CENCO-ECC fustigeait la méthode imposée par le bureau de la CENI dans le dossier relatif au nettoyage du fichier électoral.

La mission d’observation électorale CENCO-ECC jugeait  » insuffisant le délai de six jours accordés à ces travaux axés notamment sur l’analyse du cadre juridique et réglementaire dont toutes les procédures y afférentes, l’évaluation de l’unicité de chaque électeur de l’échantillon, l’évaluation de l’inclusivité, l’exactitude et l’exhaustivité du fichier ainsi que la rédaction de différents rapports ».

Senga Butela

- Advertisement -spot_img

Dernières Actualités

Gouvernement Suminwa : des femmes nommées aux postes stratégiques

Aux affaires étrangères, à l'environnement, aux affaires foncières et autres, Félix Tshisekedi a confié des portefeuilles importants à des...

Les articles similaires

DrcActu